samedi 5 novembre 2011

Misery [Stephen King]

Quatrième de couverture.

Misery Chastain est morte. Paul Sheldon l'a tuée avec plaisir. Tout cela est bien normal, puisque Misery Chastain est sa créature, le personnage principal de ses romans. Elle lui a rapporté beaucoup d'argent, mais l'a aussi étouffé : sa mort l'a enfin libéré. Maintenant, il peut écrire un nouveau livre.
Un accident de voiture le laisse paralysé aux mains d'Annie Wilkes, l'infirmière qui le soigne chez elle. Une infirmière parfaite qui adore ses livres mais ne lui pardonne pas d'avoir fait mourir Misery Chastain. Alors, cloué dans sa chaise roulante, Paul Sheldon fait revivre Misery. Il n'a pas le choix...


Mon avis.

Attention, avec cette lecture, je ressors un de mes livres qui datent, jauni au possible, tout abîmé (oui, à l'époque je ne prenais pas du tout soin de mes livres, les marque-pages ? Pourquoi faire quand on peut corner un coin de page ? J'ai bien changé depuis...) et qui fait parti du stock "je me fais peur avec des Stephen King" de mes années jeunesse.

Une relecture pour moi donc, mais au bout de 15 ans, je me souvenais des grandes lignes mais pas des petits détails macabres de cet ouvrage et j'ai encore une fois pris un grand plaisir à ouvrir un King ! Misery, c'est un huis clos angoissant, l'histoire d'un écrivain à succès qui a le malheur d'avoir un accident de voiture et d'être "secouru" par son admiratrice numéro un... quand en plus il s'avère que celle-ci se trouve être une psychopathe en puissante qui ne supporte pas le fait qu'il est tué l'héroïne de ses romans, l'enfer commence !

Un excellent King où l'angoisse monte crescendo, on appréhende presque aussitôt ce qui va se passer, très vite on comprend qu'Annie Wilkes n'est pas tout ce qu'il y a de plus net mais plus on avance dans l'histoire, moins on arrive à cerner les limites du personnage : elle est flippante, imprévisible et tout ce qu'il y a de plus extrême... un vrai cauchemar !

Face à tout ça notre pauvre écrivain à succès va subir les sautes d'humeur et autres réprimandes de son admiratrice, s'enfonçant chaque jour un peu plus dans l'horreur... j'avoue que l'évolution qu'il prend m'a parue très crédible et le récit en est d'autant plus efficace : c'est oppressant, étouffant... comme tout bon King !

Petit plus pour moi : le fait que l'on partage les passages la nouvelle histoire qu'il écrit, les idées qui lui viennent au  fur et à mesure, son stress face au manque d'idées ou au contraire sa joie quand l'inspiration lui vient.

J'ai vraiment apprécié de replonger dans cet univers que j'ai beaucoup affectionné à un certain moment et je songe à ressortir régulièrement d'autres de ses livres, replonger dans ces atmosphères angoissantes qui m'ont souvent fait peiner à trouver le sommeil, mais quand on aime se faire peur, y'a pas mieux !


Le Film en deux mots : J'ai du le voir 5 ou 6 fois au final et j'adore ! Bon ça date un peu (1991, c'est pas du tout neuf) mais Kathy Bates dans le rôle d'Annie Wilkes, c'est du bonheur, la psychopathe telle que je me l'étais imaginée en lisant le livre.
Si vous avez aimé le livre, à tenter !

J'ai lu ce livre dans le cadre d'une LC organisée par Bambi_Slaughter via Livraddict, pour accéder aux avis de mes co-lecteurs, il suffit de cliquer sur leur pseudo : Toons,


Titre VO : Misery

Note : 15/20

6 commentaires:

  1. je me souviens d'avoir vu le filme en vo lors d'un cours d'anglais et j'en ai encore des sueurs froides.
    Rien que de lire ton avis j'ai des images qui remontent à la surface, qu'elle idée j'ai eu de le lire en pleine nuit :)

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai vu que le film et cela m'avait bien fait flipper !!! Je vois que le livre n'est pas mieux.

    RépondreSupprimer
  3. Aussi une lecture terrifiante. C'est vrai qu'on n'arrive pas à voir les limites d'Annie Wilkes dans ses punitions.

    RépondreSupprimer
  4. Les filles je vais vous terrifier rien qu'avec un avis qui ne dit presque rien, mdr

    Je crois que quand on a vu ce film, même si on le veut, on oubliera jamais certains passages...

    RépondreSupprimer
  5. Un King que je n'ai pas encore lu. Honte à moi, car je n'en entends que du bien !

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...